Wat mëscht d’Regierung fir präventiv ze verhënneren, dass Jonker an den Extremismus an an den Terrorismus ofrëtschen?

E puer Länner hunn an deene leschte Joeren Präventiounsprogrammer an d’Liewe geruff fir ze verhënneren, dass Persounen sech a gewalttätegen extremisteschen oder terroristesche Bewegungen implizéieren. Dës Programmer riichten sech allgemeng un gefährt Jonker oder un Prisonéier.

De Radio 100,7 huet rezent gemellt, dass eng Sensibiliséierungscampagne iwwert d’Radikaliséiere vu Jugendlechen dëse Juli zu Enn géif goen. De Premier huet ausserdeem erklärt, dass eng „cellule de coordination“ mat Représentante vu verschiddene Ministèrë mat der Ausaarbechtung vun neie Präventivmoossnamen chargéiert gi wier.

An dem Kontext wëll d’LSAP-Deputéiert Claudia Dall’Agnol an enger parlamentarescher Fro elo vum Staatsminister a vum Kandheets- a Jugendminister wëssen, wéi vill Formatiounen am Kader vun de Sensibiliséierungscampagnen a Schoulen duerchgefouert goufen, wéivill Leit (Enseignanten, Leit vum SPOS, …) deelgeholl hunn an ob aner Persounen, déi regelméisseg Kontakt mat Jonken hunn (z.B. Erzéier aus Jugendhaiser, Sportstraineren, …) un dësen deelhuele kënnen.

Och wëll d’Claudia Dall’Agnol wëssen firwat, d’Sensibiliséierungscampagne net weidergefouert gëtt, wéi eng aner Protektiounsmoossnamen d’Regierung plangt fir d’Ofrëtschen vu Jonken an extremistesch oder terroristesch Bewegungen ze verhënneren a wat de But vun där Gratis-Telefonsnummer ass, déi d’Regierung anscheinend plangt anzeféieren.

 


Monsieur Mars Di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

Luxembourg, le 25 mars 2016

 

 

 

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 du règlement de la Chambre des Députés, j’ai l’honneur de poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Premier Ministre, Ministre d’État, ainsi qu’à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.

Plusieurs pays ont mis en place ces dernières années des programmes de prévention sensés empêcher des individus de s’impliquer dans des mouvements extrémistes violents ou terroristes. Ils ciblent généralement les jeunes à risques ou les personnes emprisonnées.

La radio 100,7 a récemment affirmé qu’une campagne de sensibilisation au sujet de la radicalisation des jeunes se terminerait en juillet de cette année. Le Premier Ministre a par ailleurs indiqué qu’une cellule de coordination composée de représentants de plusieurs ministères était chargée de définir de nouvelles mesures préventives.

Dès lors, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Premier Ministre, Ministre d’État, et à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse :

  • Combien de formations ont eu lieu dans le cadre du programme de sensibilisation visant les écoles, et combien de personnes (enseignants, agents des SPOS etc.) y ont participé ?
  • Le programme est-il également ouvert à d’autres personnes qui sont en contact régulier avec des adolescents et jeunes adultes (comme par ex. le personnel éducatif de maisons de jeunes, les entraîneurs et le personnel encadrant de clubs sportifs etc.) ?
  • Quelle est la raison de ne pas continuer la campagne de sensibilisation ?
  • Quelles autres mesures de prévention le gouvernement entend-il mettre en place pour empêcher des individus de s’impliquer dans des mouvements extrémistes violents ou terroristes ?
  • Quel est le but poursuivi dans ce contexte par le numéro vert dont le gouvernement planifierait l’introduction ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Claudia Dall’Agnol

Députée


 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter