Wat geschitt mat de gallo-réimesche Freske vu Schieren?

Neiegkeeten, Parlament, Parlamentaresch Froen

Am Kader vun der offizieller Visitt am Oktober 2017 vum „Centre d’étude des peintures murales romaines“ (CEPMR) zu Soissons, de mat der Restauratioun vun de Fresken um archeologesche Site vu Schieren betraut ass, goufen e puer Optioune genannt fir dëse kulturelle Schatz ze valoriséieren an der Ëffentlechkeet ze presentéieren.

Eng vun dësen Optiounen ass d’Konstruktioun vun enger Infrastruktur um Site vun der der gallo-réimescher Villa zu Schieren fir déi restauréiert Wandmolereien ze presentéieren an esou der Gemeng Schieren an der ganzer Géigend eng bedeitend Touristenattraktioun ze ginn. De Schierener Gemengerot huet iwwregens och schonn eng Resolutioun ugeholl an där de Kulturminister encouragéiert gëtt, an dës Richtung ze goen. De Gemengerot schwätzt an dëser Resolutioun vun engem „Grond fir stolz ze sinn“ fir d’Awunner vu Schieren an e groussen Atout fir d’Entwécklung vun de kulturellen an touristeschen Aktivitéiten an der Gemeng.

An dem Kontext well den LSAP-Deputéierten Franz Fayot an enger parlamentarescher Fro vum Kulturminister a vum Infrastrukturminister gewuer ginn, ob d’Regierung d’Aschreiwe vun der gallo-réimescher Villa zu Schieren an den Inventaire vun de schützenswäerte Sitten a Monumenter encouragéiert a wa jo, wéini et heizou kéint kommen. Weider freet de Franz Fayot ob d’Regierung d’Demande vun der Gemeng Schieren ënnerstëtzt, den archeologesche Site weider ze bréngen an en Ëmfeld ze schafen, dat de Schutz an d’Valorisatioun vun deenen Elementer déi um Site fonnt ginn, ze garantéieren. Schliisslech wëll den LSAP-Politiker gewuer ginn, wat d’Preservatioun vum Site an d’Konstruktioun vun der ugeschwater Infrastruktur fir den Tracé vum Ausbau vun der Nationalstrooss B7 bedeit.

 


 

Monsieur Mars Di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

Luxembourg, le 30 mai 2018

 

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 de notre règlement interne, j’ai l’honneur de poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre de la Culture et à Monsieur le Ministre du Développement durable et des Infrastructures.

Lors de la visite en octobre 2017 du Centre d’étude des peintures murales romaines (CEPMR) à Soissons restaurant les fresques trouvées sur le site archéologique de Schieren plusieurs options avaient été évoquées quant à la valorisation et la présentation au public de ce trésor culturel.

Une de ces options est la construction d’une infrastructure sur le site même de la villa gallo-romaine à Schieren afin d’y présenter les peintures murales restaurées et de donner ainsi à la commune de Schieren et toute la région une attraction touristique d’envergure. Le conseil communal de Schieren a d’ailleurs adopté une résolution pour encourager le Ministère de la Culture dans cette voie. Le conseil communal y invoque un « motif de fierté » pour les citoyens de Schieren et un atout majeur pour le développement d’activités culturelles et touristiques dans la commune.

Au vu de ce qui précède, j’aimerais poser les questions suivantes à Messieurs les Ministres :

  1. Le gouvernement encourage-t-il l’inscription du site de la villa gallo-romaine de Schieren sur le lieu dit « Wieschen » sur l’inventaire supplémentaire prévu à l’article 17 de la loi du 18 juillet 1983 concernant la conservation et la protection des sites et monuments nationaux ? Dans l’affirmative, quand est-ce que cette inscription pourra-t-elle intervenir ?
  2. Le gouvernement soutient-il la demande de la commune de Schieren de poursuivre et d’étendre « encore davantage la connaissance et la transmission du site archéologique » et de construire un environnement pour garantir la protection et la mise en valeur des éléments trouvés sur le site ?
  3. Quelles seraient les modifications au tracé de l’extension de la route nationale B7 à prévoir au cas où le site serait préservé et une infrastructure construite pour la présentation et la protection des fresques ?

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

 

Franz Fayot
Député