Voyeurismus an der Ëffentlechkeet: plangt de Justizminister nozebesseren ?

Neiegkeeten, Parlamentaresch Froen
kamera-foto-frauen

Zu Lëtzebuerg existéiert offenbar en juristesche Vide deen et net erlaabt, Voyeurismus op ëffentleche Platzen ze bestrofen, esouguer wann dëst duerch Opname geschitt. D’Gesetzgebung gesäit haut just de Fall vun engem Ugrëff op d’Intimitéit vun enger Persoun fir, wann dëse géint de Wëlle vun der Persoun an engem private Raum stattfonnt huet.

Wéi an der Presse di lescht Deeg ze liese war, huet dëse juristesche Vide dozou gefouert, dass den Täter vun esou engem Iwwergrëff net konnt juristesch belaangt ginn an dat obwuel de Fait, dass den Täter de Fraen am Bus ënnert d’Juppe gefilmt hat, konnt vun der Police nogewise ginn, an dësen Iwwergrëff fir d’Affer immens traumatesch ass.

Bei eise belschen Nopere gouf dës Fro rezent duerch en Gesetz vum 1. Februar 2016 gekläert, dat eng nei Bestëmmung an hire Code pénal agefouert huet.

An dësem Kader wëll d‘ Claudia Dall’Agnol vum Justizminister wëssen, wéi vill Plainten an esou Fäll vu Voyeurismus et zu Lëtzebuerg ginn, an ob een net och an de lëtzebuergesche Code pénal en neien Artikel misst aschreiwen, fir esou Fäll bestrofen ze kënnen.

 


 

Monsieur Mars Di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

Luxembourg, le 7 septembre 2017

 

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 de notre règlement interne, je vous prie de bien vouloir transmettre la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre de la Justice.

Au Grand-Duché, d’après mes informations il n’existe pas de texte permettant de punir les faits de voyeurisme, même par la prise d’images, dans les lieux publics. En effet, notre législation ne prévoit de sanctions lors de l’atteinte à l’intimité de la vie d’autrui que lorsque l’image de la personne a été enregistrée à son insu et contre son gré dans un lieu privé.

Du fait de ce vide juridique, et selon un article de presse paru récemment, des victimes n’ont pu avoir réparation, bien que les faits soient extrêmement traumatisants pour les femmes qui en font l’objet. Or, selon l’article précité, de nombreux cas d’atteinte de ce type, plus précisément des cas de voyeurisme « sous la jupe » par l’intermédiaire d’une caméra, ont été constatés dans des lieux publics, tels que des autobus.

Par la loi du 1er février 2016 nos voisins belges ont légiféré sur cette question par l’introduction d’un article 371/1 nouveau au Code pénal.

Au vu de ce qui précède, je souhaite poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de la Justice :

  1. Existe-il des chiffres concernant les plaintes pour voyeurisme au Luxembourg ?
  1. Ne conviendrait-il pas de modifier le Code pénal luxembourgeois afin de combler ce vide juridique et punir ainsi de tels actes ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

 

 

Claudia Dall ‘Agnol

Députée