Une ministre compétente face à une crise sanitaire inédite

Newsletter

« Ce virus est dramatique. 67 décès, c’est beaucoup pour notre petit pays »

– Paulette Lenert 15/04/2020

Depuis l’apparition du Coronavirus COVID-19 en Chine, à la fin de l’année 2019 et sa propagation à travers le monde à une vitesse jamais expérimentée auparavant, nous sommes confrontés à une pandémie grave, capable d’impacter très sérieusement et durement la santé de nombreuses personnes, pouvant conduire à l’hospitalisation, aux soins intensifs avec entubage des patients ou encore pouvant entrainer la mort.

Nous ne sommes plus habitués à ce genre de crise sanitaire, c’est pourquoi nous devons réinventer les réponses appropriées pour protéger au mieux la population :

  • Recréer des ligne de soins séparées pour les patients atteints du coronavirus et les autres ;
  • Séparer les flux de patients pour ne mettre personne en danger ;
  • Investir massivement dans le matériel, les médicaments nécessaires et les tests de diagnostic et de monitoring ;
  • Réapprendre la discipline et la prudence, notamment les gestes barrières et le respect du confinement.

Lorsque le premier cas est apparu au Luxembourg le 29 février dernier, nous étions très loin de nous imaginer l’ensemble des répercutions que cette maladie virale entraînerait sur nos modes de vie en quelques semaines.

Paulette Lenert, alors nouvellement nommée ministre de la Santé, a su très rapidement faire face de façon exemplaire à cette situation inédite. Elle a pris les mesures drastiques qui s’imposaient pour :

  • limiter au maximum la propagation du virus au Luxembourg,
  • protéger les personnes vulnérables,
  • éviter que nos hôpitaux soient débordés par l’afflux de malades contagieux,

donc, au final, pour sauver des vies !

« Le taux de mortalité est effrayant, mais il aurait été beaucoup plus élevé si nous n’avions pas pris les mesures »

– Paulette Lenert 15/04/2020

Le tableau comparatif ci-dessous (données du 9 avril) démontre la justesse des choix pris par Paulette Lenert et ses équipes.

Pays Nbre de cas totaux Nbre de cas/10.000 hab. Nbre de morts totaux Nbre de morts/10.000 hab. Date du confinement
Allemagne 118.181 14,25 2.607 0,32 22 mars (partiel)
France 118.781 17,73 12.210 1,86 17 mars
Belgique 24.983 21,87 3.019 2,59 18 mars
Luxembourg 3.115 51,26 52 0,83 16 mars
Pays-Bas 21.903 12,71 2.396 1,39 Pas de confinement
Suisse 24.051 28,24 959 1,09 25 mars

Données du 9 avril 2020

La comparaison avec nos pays voisins montre très clairement que malgré un taux très élevé de personnes atteintes par le COVID-19 au Luxembourg (51 personnes par 10.000 habitants) – qui s’explique en partie par le nombre relativement important de personnes non résidentes inclues dans ces statiques (environ 20%) et par le nombre de tests effectués qui détecte aussi les personnes contaminées asymptomatique – ; nous restons un des pays avec le taux de mortalité le plus faible (0,86 mort du COVID-19 par 10.000 habitants). Ce qui est remarquable !

Les mesures prises ont clairement montré leur efficacité au Luxembourg, surtout si l’on compare les résultats obtenus ici, avec ceux d’autres pays dont la situation est dramatique comme l’Italie ou l’Espagne. Malgré les centaines de personnes hospitalisées, on peut constater que nos hôpitaux ont toujours été en mesure de prendre en charge tous les patients de cette crise et leur apporter les meilleures soins. Il convient de souligner le travail remarquable et le dévouement des personnels de santé.

Par ailleurs en moins d’un mois de confinement, la courbe de l’évolution du nombre de nouveaux cas de CODVID-19 au Luxembourg montre une diminution substantielle ces derniers jours, laissant apercevoir une sortie de crise.

« Les chiffres sont parlants, ils sont en net recul et enlèvent une partie de l’incertitude que nous avions les premières semaines. Mais il faudra apprendre à vivre avec le virus »

Paulette Lenert 15/04/2020

Alors, que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 augmentait de façon exponentielle, jusqu’au 25 mars, la courbe s’est rapidement aplatie. Le pic de nouveaux cas est apparu aux alentours de la fin du mois de mars. Ils représentaient encore 851 nouveaux cas apparus entre le 24 et le 29 mars, pour se situer autour de 250 lors de la période précédant le 13 avril et nous sommes aujourd’hui à moins de 20 nouveaux cas par jour.

Nous avons su tous ensemble affronter ce danger invisible, en restant discipliné et en suivant les mesures proposées par le gouvernement (#bleiftdoheem)

La période que nous traversons est particulièrement difficile et traumatisante. Cependant nous pouvons être rassuré d’avoir une personne de la trempe de Paulette Lenert pour tenir le gouvernail. Une personne, qui en toutes circonstances, pensera d’abord au bien-être des citoyens.