Touristen ouni Méiglechkeet un Euroen ze kommen?

Neiegkeeten, Parlament, Parlamentaresch Froen

D’Guichete vu Banken hei zu Lëtzebuerg wiesselen den Touristen am Prinzip hir Suen net an Euroen ëm. Oft ass dëse Service nämlech just de Clientë vun der Bank virbehalen. Vue dass et zu Lëtzebuerg keng Wiesselstuffen ewéi am Ausland gëtt, féiert dat dann oft dozou, dass Touriste keng Méiglechkeet hunn, un Euroen ze kommen.

Dofir wëllt den Alex Bodry vum Finanzminister an der fir den Tourismus zoustänneger Staatssekretärin wëssen, ob si net bei de Banken, a virun allem bei der Spuerkeess,  intervenéiere kënnen, fir eng Léisung ze fannen, déi dem Tourismus am Land ze gutt kënnt.

 


 

Monsieur Mars Di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

Luxembourg, le 26 juillet 2018

 

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 de notre règlement interne, je vous prie de bien vouloir transmettre la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre des Finances ainsi qu’à Madame la Secrétaire d’Etat à l’Economie.

Il me revient que les agences bancaires à Luxembourg ne procèdent pas à la conversion de billets en devises étrangères en euros. Ce service de base est tout au plus réservé aux clients de l’établissement bancaire.

Ainsi des touristes étrangers qui veulent par exemple changer leurs billets de dollars américains en euros se trouvent dans une situation inextricable. L’attitude très restrictive des banques de la place est d’autant plus regrettable qu’il n’existe au Luxembourg pas de bureaux de change comme dans d’autres pays.

Dès lors, je souhaite poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Finances ainsi qu’à Madame la Secrétaire d’Etat à l’Economie :

  • Est-ce que le gouvernement peut confirmer que la pratique bancaire décrite ci-dessus correspond à la réalité ? Dans l’affirmative, est-ce que le gouvernement entend-il intervenir auprès des banques et notamment auprès de la BCEE pour trouver une solution qui corresponde mieux à l’image du Luxembourg comme destination touristique ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Alex Bodry
Député