Muss d’Grondsteier reforméiert ginn?

Neiegkeeten, Parlament, Parlamentaresch Froen

Den 10. Abrëll 2018 huet dat däitscht Bundesverfassungsgeriicht d’Gesetzgebung iwwert d’Bewäertung vun den Immobilië fir d’Berechnung vun der Grondsteier an den ale Bundeslänner fir verfassungswiddereg erkläert. D’Bundesverfassungsgeriicht erkläert a sengem Uerteel, dass d’Bewäertungen, déi zum Deel nach op 1964 zeréck ginn, dem allgemenge Gläichheetsprinzip widderspriechen a keng fair a gerecht Besteierung op Basis vun der reeller Valeur vun Immobilien erméiglechen.

Zu Lëtzebuerg gëtt d’Grondsteier no engem ganz ähnleche Prinzip ewéi an Däitschland berechent, op der Basis vun engem Gesetz vun 1934. Aus deem Grond freet den LSAP-Fraktiounschef Alex Bodry beim Finanzminister no, op sech op Grond vun eiser Verfassung net dee selwechte Problem fir d’lëtzebuerger Gesetzgebung stellt a falls jo, wéi de Minister d’Gefor aschätzt, dass och zu Lëtzebuerg géint d’Grondsteier geklot kéint ginn.

Den Alex Bodry geet virun dësem Hannergrond dovun aus, dass d’Reform vun der Grondsteier elo serieux misst ugepaakt ginn a freet dofir och nach beim Minister no, op een den interministeriellen Aarbechtsgrupp zu dëser Thematik, dee virun e puer Joer gegrënnt gouf, net relancéiere misst, fir Proposë fir esou eng fair a gerecht Grondsteier auszeschaffen an esou d’juristesch Sécherheet nees hierzestellen.

 


 

Monsieur Mars Di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

Luxembourg, le 11 avril 2018

 

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 de notre Règlement interne, je vous prie de bien vouloir transmettre la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre des Finances.

Par un arrêt du 10 avril 2018 la Cour constitutionnelle allemande a jugé d’anticonstitutionnelle la législation en vigueur dans les « anciens Länder » en matière d’évaluation des biens en vue de l’établissement de l’impôt foncier. En effet, le Premier Sénat du « Bundesverfassungsgericht » estime que la fixation des valeurs unitaires, qui remonte en partie à l’année 1964, est contraire au principe de l’égalité devant la loi consacré à l’article 3 de la Loi fondamentale allemande au motif que ces valeurs ne reflètent plus aujourd’hui la valeur réelle des immeubles (Verkehrswert) et ne garantissent, partant, plus leur imposition juste et équitable.

Sachant qu’au Luxembourg, l’impôt foncier est calculé sur base des dispositions de la loi modifiée du 16 octobre 1934 concernant l’évaluation des biens et valeurs (Bewertungsgesetz), j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Finances :

  • A la lumière de l’article 10bis, paragraphe (1) de notre Constitution, Monsieur le Ministre estime-t-il que l’arrêt de la Cour constitutionnelle allemande pourrait s’appliquer mutatis mutandis à la législation luxembourgeoise en matière d’évaluation des biens et valeurs et de l’impôt foncier ?
  • Dans l’affirmative, quelle est l’appréciation de Monsieur le Ministre quant au risque qu’à l’avenir, les bulletins d’impôt foncier soient contestés par les contribuables ?
  • Monsieur le Ministre ne partage-t-il pas l’avis qu’une réforme de la législation sur l’évaluation des biens et valeurs et l’impôt foncier s’impose dans un délai rapproché et qu’à cette fin, le groupe de travail interministériel instauré il y a quelques années soit relancé afin de proposer des solutions qui permettront de garantir une imposition juste et équitable des biens immeubles et de rétablir ainsi la sécurité juridique en la matière ?

Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’assurance de mon profond respect.

 

Alex Bodry
Député