Negativ Auswierkungen op den Embryo: Gëtt d’Medikament « Depakine » verbueden?

Dat vun der Firma Sanofi ënnert dem Numm « Depakine » kommerzialiséiert Medikament géint Epilepsie an aner Medikamenter, déi och de Wierkstoff Valporate enthalen (e.a. Medikamenter géint bipolar Stéierungen a géint Migrän), féieren a verschiddene Fäll, wa si während der Schwangerschaft geholl ginn, zu Fausses Couchë souwéi zu Malformatiounen, intellektuelle Retarden oder nach zu Autismus beim Kand.

Dës tragesch Niewewierkunge si säit 2008 bekannt a ginn aktuell staark an der franséischer Presse thematiséiert.

An enger parlamentarescher Fro un d’Ministere fir Gesondheet, sozial Sécherheet a Famill wëll d’LSAP-Deputéiert Cécile Hemmen elo gewuer ginn, e.a. ob et fir Lëtzebuerg Zuele gëtt iwwert déi Kanner déi in utero dem Valporate ausgesat goufen, wéi vill Kanner duerch dës Substanz ob déi eng oder aner Manéier Schued geholl hunn an ob virgesinn ass, dës Zort vu Medikamenter vum Marché ze huelen.


 

Monsieur Mars Di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

Luxembourg, le 11 août 2016

 

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 de notre règlement interne, je vous prie de bien vouloir transmettre la question parlementaire suivante à Madame la Ministre de la Santé, à Monsieur le Ministre de la sécurité Sociale et à Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration.

L’antiépileptique commercialisé par le laboratoire Sanofi sous la dénomination « Dépakine » et d’autres médicaments contenant de la Valporate, aussi utilisés pour traiter les troubles bipolaires voire des migraines, pris pendant la grossesse serait à l’origine d’effets tératogènes tels que des malformations, des retards intellectuels, des retards de marche, des fausses couches et de cas d’autismes chez les enfants exposés in utero.

Ces effets tragiques connus depuis au moins 2008, déjà mis à jour par l’Agence Européenne du Médicament dès 2014 et dans la presse française et nationale au début de l’année sont actuellement médiatisés en France suite à des révélations d’un hebdomadaire satirique.

Au vu de ce qui précède, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé, Monsieur le Ministre de la Sécurité sociale et à Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration :

  1. Existe-t-il des chiffres ou une étude au Luxembourg concernant le nombre d’enfants exposés in utero au Valporate ?
  1. Combien d’enfants nés au Luxembourg souffrent d’effets tératogènes tels que des malformations et troubles de développement appelés « Syndrome Valporate » (Belgique) ou « Syndrome de l’Anti-Convulsant » (France, pays anglophones) ?
  1. Existe-t-il au Luxembourg une association de victimes ou de parents de victimes de l’usage de ces médicaments pendant la grossesse ? Si oui, dans quelle mesure cette association est-elle soutenue par des aides étatiques ? Si non, comment l’Etat apporte-t-il son aide à ces familles ?
  1. Une brochure d’information à l’attention des médecins ainsi qu’au femmes sous traitement a-t-elle été éditée et distribuée à l’instar de ce qui a été fait dans nos pays voisins ? Est-il envisagé d’interdire ce médicament ?
  1. La justice luxembourgeoise a-t-elle déjà été saisie par des victimes ? Comment les victimes sont-elles indemnisées ? Est-il envisagé de créer un fonds d’indemnisation ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Cécile Hemmen

Députée

 

Facebook
Twitter