Den “Doggie Bag”: een Instrument géint d’Verschwendung vu Liewensmëttel?

Aus der Etude “Aufkommen, Behandlung und Vermeidung von Lebensmittelabfällen im Großherzogtum Luxemburg“ vu Februar 2016 geet ervir, dass pro Joer a Persoun 123 kg Liewensmëttel verschwent ginn. Heivunner sinn 56 kg Liewensmëtteloffäll, déi kéinten evitéiert ginn. Am meeschte betraff sinn hei d’Menagen, dann d’Kollektivitéitsrestauratioun, d’Gastronomie a schliisslech de Commerce. Dat hunn déi zoustänneg Ministeren de leschte 27. Mee an hierer Äntwert op eng parlamentaresch Fro vum LSAP-Deputéierten Franz Fayot (Fro n° 2034) erkläert an drop higewisen, dass en Aarbechtsgrupp iwwert de Gaspillage alimentaire mat de concernéierten Acteuren zesummegesat gouf. Ziel vun dësem Grupp wier et, Strategien fir déi verschidde Secteuren auszeschaffen an zesumme géint d’Verschwendung vu Liewensmëttel virgzegoën. An deenen nächste Méint, géifen déi ausgeschafften Haaptaktiounen praktesch ëmgesat.

An enger weiderer parlamentarescher Fro zu dem Thema, dës Kéier un de Wirtschaftsminister geriicht, wëll de Franz Fayot wëssen, wéi eng Pisten eventuell ausgemaach goufe fir géint d’Verschwendung vu Liewensmëttel an der Gastronomie an an der Restauratioun fir Kollektivitéiten virzegoën an ob Diskussiounen an dësem Sënn mat der Horesca amgaange sinn. Da freet den LSAP-Politiker ob eng méiglech Piste net déi kéint sinn, dass an der Gastronomie de Clienten systematesch e sougenannten “Doggie Bag” ugebuede géif, mat dem si hier Iessensreschter mat heem kënnen huelen esou wéi dat sech z.B. an den USA mëscht, a wa jo, ob dës Praxis mat Hëllef vum Wirtschaftsministere an der Horesca kéint agefouert ginn.

 


 

 

Monsieur Mars Di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

                                                                                                                                   Luxembourg, le 3 juin 2016

 

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 du règlement de la Chambre des Députés, j’ai l’honneur de poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre de l’Economie.

Dans leur réponse commune du 27 mai 2016 à ma question parlementaire n° 2034 du 25 avril 2016, le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs, la Ministre de l’Environnement et la Ministre de la Santé précisent que :

« Les principaux constats dégagés de l’étude „Aufkommen, Behandlung und Vermeidung von Lebensmittelabfällen im Gro?herzogtum Luxemburg? datant de février 2016 ont été présentés le 3 mai aux acteurs concernés. Selon l’étude, 123 kg d’aliments par personne par an sont gaspillés dont 56 kg sont des déchets alimentaires évitables. Le secteur le plus touché étant le ménage, suivi, dans l’ordre donné, de la restauration de collectivité, de la gastronomie et du commerce. Les déchets alimentaires se composent principalement de restes de table et de repas excédentaires. L’étude indique que la plupart des personnes interrogées sont très sensibilisées à la problématique du gaspillage alimentaire, cherchent des possibilités d’amélioration ou ont déjà mis en place des programmes de réduction. (…) Un groupe de travail regroupant les principaux acteurs concernés par le gaspillage alimentaire s’est constitué. Il s’est fixé pour objectif de développer des stratégies pour les différents secteurs et de lutter ensemble contre les causes du gaspillage alimentaire. Dans les mois à venir, des actions phares élaborées par ce groupe seront mises en œuvre. »

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de l’Economie :

  • Quelles sont les pistes éventuellement identifiées par Monsieur le Ministre de l’Economie pour réduire le gaspillage alimentaire dans la gastronomie et la restauration de collectivité ? Des discussions dans ce sens sont-elles en cours avec le secteur Horesca ?
  • Une piste concrète à suivre dans la lutte contre le gaspillage alimentaire pourrait-elle être l’offre systématique du secteur de la gastronomie faite aux consommateurs d’emmener chez eux les restes de table, à l’instar de la pratique bien connue et populaire aux Etats-Unis des « doggie bags » ?
  • Dans l’affirmative, une telle pratique pourrait-elle être introduite et généralisée par le biais d’une campagne de promotion avec le soutien du Ministère de l’Economie et du secteur Horesca ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

 

Franz Fayot

Député

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter