Fir e méi soziaalt Europa: D’LSAP zu de Proposë vun der EU-Kommissioun.

Neiegkeeten, Press, Pressecommuniquéën

Am Mäerz d’lescht Joer huet d’Europäesch Kommissioun eng breet Consultatioun iwwert en „europäesche Sockel vun de soziale Rechter“ lancéiert an an dem Zesummenhang en éischten Entworf vu Propositioune virgeluecht. D’LSAP huet sech mat hirem Aarbechtsgrupp „Questions européennes“ an der Suite vun hirer Summerakademie, déi ënnert dem Thema vum sozialen Europa stoung, an deene leschte Méint mat de Froen, déi am Kader vun der consultation publique vun der EU-Kommissioun opgeworf goufen, befaasst an deementspriechend Virschléi a Kritike formuléiert.

D’LSAP-Europadeputéiert Mady Delvaux an den europapolitesche Spriecher vun der LSAP-Fraktioun an der Chamber, Marc Angel, hunn dës e Méinden op enger Pressekonferenz virgestallt.

20170109_cp-europe-sociale_1_rs

De Marc Angel huet erkläert, dass sech de sozialisteschen Aarbechtsgrupp mat deenen 20 Politikfelder, déi an dräi grouss Kapitelen agedeelt sinn, befaasst huet an ausféierlech op déi Proposen agaangen ass, mat deenen d’LSAP net d’accord ass. Awer och  bei all anere Punkten (mat deenen een averstanen ass) wären divers Remarke gemaach ginn.

Ewéi de Marc Angel weider ënnerstrach huet, sinn déi dréngendst Problemer am soziale Beräich fir d’LSAP:

–          D’Reduktioun vum Chômage, speziell bei deene Jonken, mat der Ausaarbechtung vun enger Strategie fir d’Schafe vu qualitativ héichwäertegen Aarbechtsplazen.

–          D’Upassung vum Aarbechts- a Sozialrecht un d’Digitaliséierung vun der Aarbechtswelt,

–          D’Lutte géint de sozialen Dumping

–          Eng besser Verdeelung vun den Akommes an d’Lutte géint d’Ongläichheeten

–          D’Integratioun vu Flüchtlingen.

Prinzipiell misst sech déi sozial Dimensioun an allen Domainen vun der Europapolitik erëmspigelen, esou de Marc Angel.

Ähnlech geäußert huet sech och d’Mady Delvaux. D’Europadeputéiert huet ënnerstrach, dass mam Ziel vun engem méi sozialen Europa, all déi Beräicher, déi ënnert d’Responsabilitéit vun de Memberstaate falen, an de Prozess vum sougenannte „Semestre européen“ missten integréiert ginn. Deemno sollten, wann et der LSAP no geet, sozial Kritären agefouert a genau ewéi déi budgetär Kritären kontrolléiert ginn. Europa kéint nämlech nëmmen iwwert de soziale Volet relancéiert ginn, sot d’Mady Delvaux, déi sech an dem Zesummenhang fir méi Investissementer, och an de peripheren EU-Länner ewéi z.B. Portugal oder Griicheland ausschwätzt. Vun dësen Investissementer iwwert de méigleche Wee vun Transferten tëscht de Länner géif schlussendlech jiddwereen profitéieren, ass d’LSAP-Politikerin iwwerzeegt. Nëmmen duerch d’Reduktioun vun de gesellschaftlech Ongläichheeten an allen EU-Länner kéint de soziale Fridden garantéiert ginn.

Hei den offizielle Pressecommuniqué zu der LSAP-Positioun zum europäesche Sockel vun de soziale Rechter an – am Pdf-Format – déi detailléiert LSAP-Virschléi a Kritiken zu de Proposë vun der EU-Kommissioun.


Vers une Europe plus sociale

Le 8 mars 2016, la Commission européenne a lancé un large processus de consultation sur « un socle européen des droits sociaux » et a présenté une première ébauche de propositions. Notre groupe de travail « Questions européennes » a fait le suivi de l’académie d’été du LSAP en reprenant le sujet de l’Europe sociale. Pendant 6 réunions thématiques, le groupe de travail a répondu aux questions de la consultation publique.

Une première priorité consiste à renforcer l’Europe sociale en donnant une place plus importante aux politiques sociales, tant au niveau du Semestre européen qu’au niveau des directives et règlements européens. Le triple A social devrait être considéré au même niveau que le triple A financier. De plus, l’acquis social de l’UE devra être adapté à l’évolution de nos sociétés à savoir la diversification de la vie active et la digitalisation du monde de travail.

Les citoyens européens sont en droit d’attendre un haut niveau de protection sociale. Nous saluons donc l’initiative de la Commission européenne de relancer le débat sur l’Europe sociale. Cependant, nous craignons que la terminologie employée dans cette consultation, à savoir « un socle européen de droits sociaux », n’induise en erreur.

Ces termes peuvent susciter une grande attente parmi les citoyens de certains d’Etats membres qui s’attendront à voir leurs prestations augmentées alors que d’autres craindront que le niveau de leurs prestations sociales ne soit nivelé vers le bas.

Tandis que la construction d’un socle européen des droits sociaux est tout à fait souhaitable et nécessaire afin de renforcer l’Europe sociale, il ne faut cependant pas sous-estimer les obstacles institutionnels et politiques. L’Union européenne ne dispose que de peu de compétences en la matière, ce sont les Etats membres qui ont la responsabilité de la protection sociale.

Dans les domaines où l’UE a le droit de légiférer, la Commission devra proposer des directives et règlements afin de garantir que les droits sociaux soient introduits d’une manière contraignante et qu’ils convergent vers le haut. 

Dans les autres domaines, sous la responsabilité des États membres, les critères élaborés sur base de cette consultation devraient être intégrés dans le Semestre européen afin de rendre celui-ci plus social. Au moins pour les États membres de la zone euro, ces critères devraient être contraignants et traduits par des recommandations spécifiques et concrètes pour chaque État membre, afin d’introduire des changements réels.

Bon nombre des critères proposés par la Commission sont formulés d’une manière trop ambiguë. A titre d’exemple, la proposition sur les contrats de travail flexibles et sûrs renvoie essentiellement au principe de flexicurité. Néanmoins, le principe de la flexicurité est souvent abusé et conduit de plus en plus à la libéralisation des marchés du travail,  sans pour autant introduire de nouvelles formes de sécurité, qui pourtant devraient former une partie intégrante de la flexicurité. Ainsi, il convient d’encourager une définition et un encadrement bien précis de la flexibilité afin de permettre aux salariés de rester sous contrats en leur donnant la possibilité d’une requalification et de formations adéquates.

socle-europeen-des-droits-sociaux_lsap