Eng obligatoresch Zousazversécherung fir Chauffeuren am Déngscht ze schützen?

Neiegkeeten, Parlamentaresch Froen
Verkehrsunfall

Wann een Employé haut am Kader vu senger Aarbecht mat engem Firmenauto ënnerwee ass, da ginn am Kader vun engem Accident net sämtlech Käschte vun der CNS oder der « Assurance accident » iwwerholl. De Patron ass awer net verflicht, eng zousätzlech « Assurance conducteur » ofzeschléissen, esou dass et zu enger Rei vun Accidenter ka kommen, wou net sämtlech Käschten duerch eng Assurance ofgedeckt sinn.

Vue dass sech déi Chauffeuren am Kader vun hirer Aarbecht jo awer gewëssene Risiken ausgesat gesinn, freet d’LSAP-Deputéiert Cécile Hemmen an dësem Kader no, ob een de Patron net dozou verflichte sollt, esou eng Assurance fir hir Mataarbechter ofzeschléissen.

Donieft sinn d‘Patrone sinn haut obligéiert, Donnéeë vun hire Chauffeuren erauszeginn, wann dëse vun engem Radar geblëtzt ginn ass, während hie mat sengem Déngschtwon ënnerwee war.

Heizou wëll d’Cécile Hemmen vum zoustännege Minister wëssen, op et Statistiken dozou gëtt, wéi vill Chauffeure vun Déngschtautoe scho geblëtzt goufen, a wéi eng Zort vun Déngschtween am meeschte betraff sinn (Autoen, Camionnetten, Camionen).

 


 

Monsieur Mars Di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

Luxembourg, le 1er décembre 2017

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 de notre règlement interne, je vous prie de bien vouloir transmettre la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale et solidaire ainsi qu’à Monsieur le Ministre du Développement durable et des Infrastructures.

Les sociétés propriétaires de véhicules mis à la disposition de leurs salariés ont l’obligation de dénoncer le chauffeur en cas d’infraction constatée par un radar automatisé.

En cas d’accident, pas tous les frais ne sont couverts par la CNS ou l’assurance accident.

A l’heure actuelle, rien n’oblige l’employeur à souscrire une « assurance conducteur » de sorte qu’en cas de décès dans un accident sans qu’une autre personne ne soit reconnue responsable de l’accident, ou en cas de faute du chauffeur il n’y aura pas de réparation du préjudice moral subi par ses proches autres que celui prévu par le Code de la sécurité sociale.

Au vu de ce qui précède, je souhaite poser les questions suivantes à Messieurs les Ministres :

  1. Existe-t-il des chiffres au sujet du nombre et/ou du pourcentage des infractions constatées par radar automatisé commises par les chauffeurs de véhicules professionnels ?
  1. Existe-t-il des chiffres pour informer quel genre de véhicules professionnels sont le plus souvent impliqués dans ces excès de vitesse (voitures, camionnettes, poids lourds) ?
  1. Au vu des dangers auxquels font face les salariés qui conduisent dans le cadre de leur profession sur la route, n’est-il pas indiqué de rendre l’assurance-décès du conducteur d’une voiture dans le cadre de sa fonction obligatoire pour les entreprises ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Cécile Hemmen
Députée