Eng nei Regierungscampagne géint de “Kolportage”?

Neiegkeeten, Parlamentaresch Froen
colportage-hausieren

Säit Abrëll 2014 huet Lëtzebuerg dat legaalt Verbuet vum Hauséieren (“Kolportage”) duerch eng nei Reglementatioun ersat. Dës ass konform zum EU-Recht, dat dëser Form vu Commerce e restriktive Kader setzt. Dozou gehéiert, dass d’Konsumenten den Demarchage un der Hausdier verbidde kënnen andeem se eng Notiz op hir Bréifkëscht oder hir Entréesdier hänken. Doduerch gëtt de Kolportage illegal.

Am Moment vum Akraafttriede vum Gesetz hat de Ministère eng un d’Konsumente geriichten Informatiounscampagne gestart, zesumme mat der Produktioun vun entspriechende Pechbiller géint de Kolportage.

Well de Phenomen vum Hauséieren a leschter Zäit erëm zouhëlt a vill Leit sech doduercher gestéiert fillen, schéngt et dem LSAP-Fraktiounschef sënnvoll ze sinn, déi ëffentlech Informatiounscampagne ze relancéieren. Den Alex Bodry freet dofir an enger parlamentarescher Fro, ob den zoustännege Verbraucherschutzminister dëse Point de vue deelt, a wa jo, wéini d’Regierung gedenkt esou eng Initiative ze huelen.

 


 

Monsieur Mars di Bartolomeo
Président de la Chambre des Députés
Luxembourg

                                                                                                                               Luxembourg, le 31 juillet 2017

 

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 du Règlement, j’ai l’honneur de poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des Consommateurs.

Depuis avril 2014, le Luxembourg a remplacé l’interdiction légale du colportage par une nouvelle réglementation conforme au droit européen qui fixe un cadre restrictif à cette forme de commerce.  Il y est notamment prévu que les consommateurs peuvent s’opposer à tout démarchage à domicile en apposant une notice sur leur boîte à lettres ou à l’entrée. Ainsi le colportage devient illicite.

Au moment de l’entrée en vigueur de la loi, le Ministère avait lancé une campagne d’information destinée aux consommateurs, accompagnée de la production de stickers relatifs au refus du colportage.

Comme le phénomène du colportage a pris de l’ampleur ces derniers temps et que beaucoup de gens se sentent importunés par ces démarchages à domicile, il me paraît utile de relancer cette campagne d’information publique.

  • Est-ce que le Gouvernement partage ce point de vue ?
  • Dans l’affirmative, quand le Gouvernement entend-t-il prendre une telle initiative ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

 

Alex Bodry,
Député