“Eng Bête politique”: Alex Bodry aus der LSAP-Fraktioun verabschid

Neiegkeeten

An der haiteger Sëtzung vun der LSAP-Fraktioun gouf den Alex Bodry verabschid. De laangjäregen Diddelenger Schëffen, Buergermeeschter, Minister, Parteipresident, Deputéierten a Fraktiounschef wäert zukünfteg de Staatsrot mat senger politescher Erfarung a sengem juristeschen “Knowhow” verstäerken. De Georges Engel, Nofollger vum Alex Bodry un der Fraktiounsspëtzt, huet dësen als e Politiker gewierdegt, den d’LSAP nohalteg markéiert huet an all “Up-and-Downs“ vun der Partei matgemaach hätt. “Den Alex ass eng ‚Bête politique‘“, esou de Georges Engel. “Hien huet Chamber duerch säi rhetorescht Talent an duerch säi Wësse gepräägt.Den neie Fraktiounschef huet dann awer och un dem Alex Bodry seng Sammelleidenschaft erënnert („Hien sammelt sech en Eck wech“) an dass hien opgrond vu sengem gesanglechen Talent och ouni Problem hätt kënnen Operettesänger ginn.

Den Alex Bodry, dee mat engem Guttschäin fir an d’Mäilänner Scala iwwerrascht gouf, huet sengersäits erkläert, dass hie frou wier, a senger Funktioun als Deputéierten an och als Chef vum „Groupe parlementaire“ Deel vun der sozialistescher Fraktioun gewiescht ze sinn. „Ech war frou hei ze sinn, ech sinn awer och elo frou ze goen“, huet den Alex Bodry seng Freed op déi nei berufflech Etapp a sengem Liewe beschriwwen. Hien huet versprach, selbstverständlech nach ëmmer e politesche Mënsch ze bleiwen, och an Zukunft kee Blat virun ze Mond ze huelen a senger Partei, der LSAP, weiderhi mat Rot an Dot zur Säit ze stoen.

Hei eng méi ausféierlech Biographie vum Alex Bodry:

 


 

Né à Dudelange le 3 octobre 1958, longtemps inscrit comme avocat au barreau de Luxembourg, Alex Bodry est entré au LSAP en 1974. Il a été conseiller communal de Dudelange de 1982 à 1989, puis de nouveau à partir du 1.1.2000. Aux élections de 1987, il est sorti premier de la liste socialiste et a été désigné alors pour devenir bourgmestre à partir du 1er janvier 1991, poste qu’il n’a pu occuper, étant donné son entrée au gouvernement en 1989. En janvier 2000 Alex Bodry est devenu échevin, puis à partir d’août 2004 bourgmestre de sa ville natale. Il a occupé ce poste pendant plus de dix ans avant de démissionner fin 2014 pour mettre fin au cumul des mandats politiques. Il a été président de la section de Dudelange du LSAP de 1984 à 1996.

 

Elu député dans la circonscription du sud en 1984, réélu en 1989 et 1994, il est entré en 1989 au gouvernement Santer-Poos (PCS – LSAP) comme ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement, de l’énergie ainsi que des communications, puis en 1994 comme ministre de l’aménagement du territoire, de l’éducation physique et des sports, de la force publique et de la jeunesse. En 1997 il récupère le ministère de l’environnement jusqu’à la fin de la législation en 1999. Il est réélu (en 1e position) en 1999, puis en 2004, 2009 et 2013. En 1999 il est sorti premier sur la liste socialiste aux élections au Parlement européen. Il a renoncé à ce mandat pour se consacrer à la politique nationale.

Alex Bodry a été président du conseil de discipline du POSL de 1982 à 1984 et de 1987 à 1995. Elu en 1995 au comité-directeur avec le plus grand nombre de voix, il est vice-président du LSAP depuis cette année. Il est reconduit dans cette fonction à plusieurs reprises. Après une première tentative infructueuse, Alex Bodry accède à la présidence nationale du LSAP en octobre 2004. Il sera réélu à trois reprises jusqu’en mars 2014. Depuis novembre 2013 il occupe la fonction de président du groupe parlementaire socialiste à la Chambre des députés après avoir été vice-président pendant neuf ans.

Il a été également vice-président de la FCCS et de la circonscription du sud de 1982 à 1986.

Alex Bodry s’est beaucoup impliqué dans la réflexion interne du LSAP sur l’avenir du socialisme démocratique ainsi que sur des sujets essentiels pour la modernisation du LSAP comme p. ex. la politique de l’environnement et la politique de sécurité.

 

Comme député de 1984 à 1989 il a notamment été rapporteur du budget de l’Etat pour l’exercice 1988, co-rapporteur de la révision constitutionnelle de 1989 et président de la commission d’enquête parlementaire “ Mondorf – Benny Berg”, rapporteur de la commission spéciale “Lulling”. Plus tard il est redevenu rapporteur du budget (2011) et a présidé la commission d’enquête sur les dysfonctionnements au Service de Renseignement dont les travaux ont conduit aux élections anticipées d’octobre 2013.

Après avoir présidé pendant 10 ans la Commission parlementaire de l’Economie, Alex Bodry a exercé depuis fin 2013 la présidence de la Commission des Institutions et de la Révision constitutionnelle. Depuis 1999 il était membre du Bureau de la Chambre des députés. A partir de fin janvier, il sera membre du Conseil d’État.

Il est l’auteur de diverses publications sur des sujets juridiques et de droit constitutionnel. Engagé dans la société civile, Alex Bodry a été président de la Fédération luxembourgeoise d’Athlétisme de 2002 à 2012.